À PROPOS

Imaginons-nous franchir la porte d'un boudoir. Ressentir le bien-être procuré par cette atmosphère feutrée, propice aux confidences intimes et pourtant tout en pudeur. Ouvrir grand les yeux comme pour mieux s'en imprégner et savourer, simplement, sans attentes... Ralentir. Car si ralentir semble aujourd'hui un luxe, c'est pourtant la promesse de fragiles instants de grâce au sein d'une vie en perpétuel mouvement. Partager, le temps d'un instant, quelques mots jetés à la volée. Les miens, mais aussi les vôtres.

Nadège Quinssac, entre Mythologie & Astrologie

juin 20, 2021

Devons-nous créer des œuvres dignes des artistes les plus (re)connus pour donner vie à l'Art, aux Arts ? Ou, au contraire, sont-ils à la portée de celles et ceux qui se contentent d'ouvrir grand leurs yeux pour regarder, leurs oreilles pour entendre, leurs mains pour recueillir… Leur cœur pour s'émouvoir ?

Peut-être les Arts se font-ils alors Médecine en nous reliant à notre Terre, à celles et ceux qui y ont marché avant nous, comme celles et ceux qui marchent encore à nos côtés. Peut-être nous suffit-il simplement de revenir à nos sens pour accueillir et nourrir ces Arts nés de nos mains, nés de la Terre. Car, parait-il que "la beauté est dans les yeux de celui qui regarde" (Oscar Wilde).

Et, dans les yeux de Nadège Quinssac, créatrice du podcast Au Jardin d'Hespéris, elle peut se nicher dans la délicatesse d’une fleur et de sa senteur, un mot qui murmure à nos oreilles, une langue ancienne… Et même, dans des souvenirs chéris, de ceux que les années qui passent ne suffisent pas à délaver. Alors, il nous reste… Il nous reste leur tendre caresse, imprimée sur notre peau d'argile, retenue dans notre cœur sensible. Rencontre avec Nadège Quinssac :

L’envie de porter ma voix au-delà de ma zone habituelle et confortable s’est imposée à moi il y a peu.

En effet, j’ai suivi au printemps 2020 l’école des 13 Lunes proposée en ligne par Alexandra Fryda Marty, créatrice de Moonsisters Paris, sur les Archétypes féminins associés aux Divinités, en parallèle d’une formation complète sur les Chakras proposée par Katia Bougchiche, ce qui m’a beaucoup aidée à me rencontrer vraiment. J’ai ainsi déposé, couche après couche, certaines de mes croyances et peurs qui me limitaient et me réduisaient.

Puis, six mois plus tard, en guise de joli cadeau d’anniversaire, je recevais une initiation au Yoga Kundalini auprès de Lucie Codiasse. En apprivoisant cette pratique, ma confiance en moi et mon intuition se sont alors accrues de façon puissante... Jusqu’à transformer ma vie. Ces beaux apprentissages se sont entremêlés et complétés pour m’amener sur ce beau chemin de plein épanouissement, d’accomplissement et de rayonnement.

Jeune fille, je vibrais déjà pour la culture antique et ces croisements entre divinités et vie quotidienne des Anciens.

Ainsi, la découverte du grec par l’enseignante qui m’a initiée en fin de 6e m’a ouvert un champ des possibles illimité qui m’a fait voyager dès mes 11 ans. J’ai été littéralement séduite par cette enseignante qui nous a rendu accessibles les connaissances antiques en les entremêlant étroitement à notre époque et à ses problématiques.

Et, sur ce chemin, l’astrologie découverte par ces peuples anciens s’est naturellement rattachée à mes centres d’intérêt. J’ai ensuite suivi une formation en Lettres Anciennes, pour, à mon tour, transmettre ces enseignements qui me sont si précieux. C’est ainsi que j’enseigne le français, le latin et le grec depuis plus de vingt ans.

En 2020, en parallèle de mon métier d’enseignante, j’ai été sollicitée par Alexandra Fryda Marty pour réaliser des audios sur les divinités associées à chaque Archétype. Vu les retours enthousiastes et les demandes reçues, le Jardin d’Hespéris est devenu une évidence pour offrir un espace spécifiquement consacré au grec et à sa culture riche.

Je l’envisage ainsi comme une formidable opportunité de porter ma voix plus loin que le collège où j’enseigne ; de pousser les murs afin de rendre plus accessible le grec, le dépoussiérer et montrer tous les apports de cette culture au cœur de notre vie. J’y suis fidèle à ma façon de l’enseigner, en tressant des liens étroits entre Antiquité et Modernité, comme on me l'a enseigné.

Mon Art est celui de la transmission par le Verbe.

Je reste en effet intimement convaincue qu’il peut apporter outils et ressources à ceux qu’il touche, comme il m’a tant apporté.

Et comme il continue à m’apporter dans les repères, les couleurs et les contours de ma vie. Je le vois comme une pochette médecine qui rassemble les Mythes ; les Divinités ; la Parole Médecine ; les notions philosophiques ;

l’artisanat comme les pharmaka, ces plantes médicinales des Magiciennes-Sorcières de l’Antiquité si proches de la Nature, en symbiose avec elle. Cette pochette médecine tisse avec tous ces domaines et savoirs dont les Anciens ont planté les graines et qui continuent à germer, à éclore et à infuser en nous, dès lors que l’on cueille le nectar précieux des sources et racines antiques qui sont notre berceau.

Les Arts Médecines m’évoquent des savoirs et savoir-faire ancestraux, transmis de génération en génération.

Ce, pour apporter du baume, des remèdes, des solutions, résoudre des situations, guérir, et aider, en harmonie avec la Nature et la philosophie des Anciens. Ils répondent ainsi à mon amour pour les cultures anciennes, leur façon de voir les choses et la vie. Ils sont également en résonance forte avec ma façon de me soigner et de me faire du bien en passant par ce que la Nature nous offre.

Ainsi, les plantes et les cadeaux du jardin m’ont été transmis, même enseignés parfois, par ma grand-mère maternelle, Rose. De la cueillette de l’aubépine aux tisanes de tilleul, du potager à la culture des fleurs, telles que les cosmos ; le gypsophile ; les statices ; les gaillardes ; les œillets… Et surtout les roses.

Le jardin de mes grands-parents maternels, avec les champs qui entouraient leur maison, est LE souvenir doux et LE lieu refuge avec lequel je me reconnecte très souvent pour y revoir les abeilles butiner les fleurs cultivées, celles-là même contemplées et adorées par ma grand-mère.Ainsi, j’y vois les grappes de lilas dodeliner ; j’y goûte à nouveau les cerises qui me faisaient de jolies boucles d’oreilles avant de les déguster.

J'y revois le figuier et ses succulentes figues violettes ; le banc de bois comme la cabane fleurie que mon grand-père m’avait créés pour y faire la dînette ou y lire les après-midis chaudes d’été ; les pissenlits cueillis par ma grand-mère pour les faire en salade... Le potager, les prunes pour les délicieuses confitures cuites dans le chaudron.

Je me revois lire à haute voix, déclamer, me gargariser du doux miel des mots lus tout en foulant l’herbe grasse et verte…

Puis, je notais précieusement les mots nouveaux rencontrés dans mes nombreuses lectures. Et je lisais du grec, savourant les sonorités de ce nouvel alphabet m’emmenant dans ses paysages exotiques et ensoleillés donnant sur une mer scintillante. Alors, oui, les Arts médecines sont pour moi dans la Nature, ses fruits, ses légumes, ses herbes et plantes, dans le Verbe et ses couleurs chatoyantes… Mais aussi dans les fils, pelotes, tissus et étamines à broder que ma grand-mère, aussi couturière, aimait à sortir les après-midis et soirs pour créer… Un lien de transmission génétique, héréditaire, me relie à eux. Ainsi, ils me nourrissent de leur beauté toujours réinventée :

Une fleur éclose un matin de printemps ; le jasmin odorant le soir venu ; les feuillages des arbres et leurs camaïeux de vert ; les livres et leur richesse dès les premières lignes ; mais aussi, une odeur de livre ouvert… Les Arts Médecines m'offrent leurs généreux cadeaux et me permettent de contempler, de réfléchir. De me sentir en gratitude pour tout ce qu’ils m’apportent et que je peux ensuite transmettre à mon tour dans mes cours, créations, publications d’épisodes au Jardin d’Hespéris. Entre eux et moi, entre moi et eux, c’est un tendre et amoureux va-et-vient, un doux échange nourricier. Alors,

J’essaie à mon échelle de transmettre comme je l’ai appris en montrant l’utilité et la richesse contenues dans ces Arts Médecines.

Je porte ma voix pour que le message soit plus largement entendu, pour tisser encore et encore plus grand, comme une envie irrépressible de transmettre car je ne peux pas garder de tels trésors pour moi seule vu les Médecines et enseignements qu’ils contiennent. Je reçois aussi les Arts Médecines des autres comme des cadeaux sur mon chemin, dont j’admire la diversité. Par exemple, la peinture d’Angélique Guillemet me fait frissonner d’émotion tant les couleurs utilisées sont puissantes et sa façon de les tisser aux arbres me parlent de beauté et de poésie. De même, les illustrations de Justyne, de Salty Studio, me poinçonnent le cœur : tant de sensualité et de vérité émergent de ses créations que je trouve si justes. Les déambulations de la Cueilleuse Sauvage, cette façon qu’a Marine de nous transmettre son amour des plantes et ses connaissances me parlent au point de frissonner devant tant de poésie, de délicatesse.

Aussi, la Fée des Plantes et des Élixirs, Alexandra Mac Donald, par ses préparations délicates et si respectueuses de la Nature, me touche par la poésie et l’âme de ses créations. J’admire également les mots mis sur des émotions. La transmission par le Verbe et les Sens de toutes ces fabuleuses personnes rencontrées au fil de mon cheminement.

Tant de personnes m’inspirent dans leurs tissages et me touchent dans leurs dons. Ainsi, je suis fascinée par la dextérité d’un(e) artisan(e), qu’il/elle soit artisan(e) de matières, de mots, d’émotions...Un lien très fort m’unit donc aux Arts Médecines pour leurs bénéfices et leur façon d’être donnés et reçus en conscience, depuis l’espace du cœur et avec toute la passion de chaque artisan(e).

Nadège Quinssac

L'Art de la transmission par le Verbe

Issue d’une formation en Lettres Anciennes, Nadège Quinssac enseigne le français, le latin et le grec depuis 1999. Un métier passion qui dépasse pour elle les murs étriqués des seules salles de cours… Eprise de mythologie, pour ses précieuses transmissions, pour ses enseignements qui n’ont en rien perdu de leur richesse au fil des siècles, Nadège Quinssac a créé en octobre 2020 le podcast “Au jardin d’Hespéris”. Là-bas, elle nous propose des balades contées entremêlant harmonieusement mythologie et astrologie. Et, quand on saisit sa main tendue pour arpenter les sentiers des anciens, c’est nous-même que nous découvrons au détour d’un chemin…

Crédits photos : Pexels (licence cc0), Nadège Quinssac

MARION B.

Né en 2019, La Poudre et La Plume s'offre en atelier créatif bienveillant, regard grand ouvert sur le Monde, mains avides de déposer des mots.