À PROPOS

Imaginons-nous franchir la porte d'un boudoir. Ressentir le bien-être procuré par cette atmosphère feutrée, propice aux confidences intimes et pourtant tout en pudeur. Ouvrir grand les yeux comme pour mieux s'en imprégner et savourer, simplement, sans attentes... Ralentir. Car si ralentir semble aujourd'hui un luxe, c'est pourtant la promesse de fragiles instants de grâce au sein d'une vie en perpétuel mouvement. Partager, le temps d'un instant, quelques mots jetés à la volée. Les miens, mais aussi les vôtres.

Silk by Emma Cassi

Née dans la campagne bourguignonne, Emma Cassi vit une enfance baignée de simplicité. Très tôt, elle apprend à honorer le lien au Vivant, lien qu'elle saura préserver au fil des années. Si la jeune femme marche son chemin ensuite, du terreau humide de l'Angleterre aux terres chaleureuses d'Espagne, elle n'oublie en rien les transmissions fertiles reçues de ses ancêtres. Persuadée que l'Art puise sa source dans la beauté de la Nature, Emma nous propose via SILK BY EMMA CASSI des créations évanescentes et poétiques, reflets du regard singulier qu'elle porte sur le Monde. En témoignent les portraits brodés qu'elle confectionne aujourd'hui :

Emma en un souvenir...

"Je suis fascinée depuis toujours par les coupeurs de feu, les magnétiseurs, les tisseuses, les ermites... Mon amour pour ces êtres humains qui voyagent à la lisière des Mondes m'est venu de mon grand-père, pour lequel j'éprouve beaucoup d'admiration. Il a choisi le métier de scieur, mu par son amour pour les arbres. Certes, il les transformait en planches dans sa scierie. Mais celle-ci n'était pour lui qu'un prétexte pour être en contact avec le bois du matin au soir. Il aimait tant le toucher, le sentir, le ressentir, même... Il allait jusqu'à manger les champignons qui poussaient sur leurs troncs. Pour d'aucuns, cela devait être un homme bien étrange, avec sa collection de champignons que lui seul mangeait. Je me rappelle encore de la moue boudeuse de ma grand-mère, qui glissait du bout des lèvres : "Mais comment se débrouille-t-il pour cuisiner ces champignons-là ?". Alors, quand j'écoute les récits déjantés de l'ethnobotaniste Terence McKenna, je repense à mon grand-père, et c'est un peu comme si j'étais avec lui. Enchantée par les "so forth and so on" qui rythment ses discours sans fin, je ne me lasse pas de l'entendre raconter ses histoires parsemées d'anacondas plus grands qu'une maison et de sortilèges semblant tous droits sortis de contes de fées. Sortilèges qui, pour lui qui a voué un livre entier aux magiques psilocybines, sont tout à fait ordinaires.

Des parts intégrantes du Monde qui est le sien. Les champignons, comme les plantes, viennent ainsi nous offrir de poser un autre regard sur le Vivant. Ils nous ouvrent et nous enseignent une autre réalité. Bercée par ces mots qui m'habitaient, j'ai souhaité, au fil de mon chemin, découvrir d'autres voix, d'autres voies. C'est en revenant du Kenya, où la rencontre avec un Masaï a encore ouvert mon regard, que j'ai souhaité confectionner une série de portraits brodés. Parmi ces portraits, il y a les "modern witches", ces femmes créatrices, botanistes, guérisseuses... Qui relient leur coeur à chacune de leurs actions. A côté, les "tejedoras ancestrales", tisseuses d'Amérique du Sud, veillent sur leurs terres tout en prenant chaque jour le temps de tisser, fabricant ainsi du Beau entre leurs doigts. Enfin, les "curanderos", ces guérisseurs péruviens qui consacrent de leur précieux temps à aider les Occidentaux souffrant d'addictions diverses. Leurs connaissances des plantes sont si précieuses ! Les gens se déplacent du Monde entier pour rencontrer des chamanes et se laisser enseigner par l'Ayahuasca. Tous ces hommes et femmes œuvrent chaque jour de leurs mains pour un Monde plus juste, plus simple, plus naturel aussi. Cela pousse à l'humilité et à l'émerveillement."

0
    0
    Mon panier est videRetourner à la boutique